La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Mieux-être Facilité par le Cheval

Écurie Centre le Reflet

 

 

 

Étude Scientifique

 

 


 

  • Par le biais de recherches scientifiques, les résultats des tests ont démontré que les programmes de thérapie assistée par le cheval favorisent le développement des compétences de vie, la communication ouverte et directe, l'honnêteté, la patience, le respect ainsi qu’un meilleur contrôle de soi (Bowers & MacDonald, 2001) et inculquent un sentiment de responsabilité, de reconnaissance et compréhension des frontières (limites) et de l’espace personnel, et instaure une confiance en soi (EFMHA, 2003).

 


 

  • L’université de Guelph en Ontario. Les chevaux sont capable de voir quelques chose dans l’humain et réagissent de façon différente entre quelqu’un à qui ils font peur et quelqu’un qui n’a pas peur. Dans une étude récente, Katrina Merkies a rassemblé deux groupe d’humains : les premiers qualifiés de calmes avec les chevaux, les seconds reconnaissant en avoir peur. Elle les a placés un par un dans un manège les yeux bandés, immobiles. Des chevaux habitués aux humains ont ensuite été introduits dans le manège en liberté, un par un. Très souvent les chevaux avaient des rythmes cardiaques réduits comme s’ils étaient plus calme lorsqu’ils étaient avec des inconnus qui avaient peur d’eux. Plus l’humain état nerveux, plus le rythme cardiaque du cheval était bas.  En plus, les chevaux bougeait moins et gardaient leur tête plus basse au contact d’un humain inquiet, comme s’ils semblaient capables de détecter l’état émotionnel des humains. Les chevaux ont ajusté leurs réactions en conséquence, laissant même penser qu’ils cherchaient à calmer la personne en face d’eux.

Les chevaux sont très intuitifs et il est même possible qu’ils soient très sensibles voire empathiques vis-à-vis

de l’état émotionnel des humains autour d’eux.

Katrina Merkies

 


 

  • À travers une étude scientifique (2008) de 164 participants interagissant avec des chevaux, Trotter, Chandler, Goodwin-Bond et Casey expliquent que les chevaux réagissent immédiatement au langage corporel d'un ou des individus, cela vient donner une puissante rétroaction à la personne, et ce, sur la façon dont elle se présente face à différentes sphères de sa vie. Les individus apprennent que s'ils veulent changer le comportement du cheval, ils doivent d'abord changer leurs propres comportements, pensées et façon d’agir. Le thérapeute permet à chacun de vivre ses émotions à travers ce déséquilibre et de l’accompagner dans les avenues de l’autonomie vers son propre rééquilibre.

 


 

  • Aux travers de son étude qualitative (2006), le Docteur en philosophie de psychologie trans-personnelle, Esbjörn, mentionne que le cheval apporte des bénéfices au niveau de l’estime de soi et du changement de comportement. Le docteur Esbjörn remarque aussi qu’être avec un cheval amène les gens à être dans un état sans agressivité. Étant donné sa réaction instinctive de survie fasse aux prédateurs, cela demande aux individus de remplacer leurs anciens schèmes (habitudes, comportements, etc.) pour des nouveaux (reflétant un minimum de calme intérieur) pour ainsi leur permettre d’être en interaction positive avec le cheval et de créer une relation de confiance. Le docteur Esbjörn fait remarquer trois bénéfices importants qu’offre l’interaction avec le cheval, c’est-à-dire des bénéfices interpersonnels, des bénéfices comportementaux et des bénéfices trans-personnels.

 


 

  • Une étude d'un programme d'équitation thérapeutique de cinq jours a montré une diminution significative de la colère chez les participants (Kaiser, Spence, Lavergne, et Vanden Bosch, 2004). Le cheval permet donc aux individus de bénéficier d’une expérience inégalée, et ce, autant sur le plan physique que social (Fine, 2000). Il est un bon enseignant de par le fait qu’il est un modèle pro-social en termes de comportements adaptés. 

 


 

 

  • La hiérarchie des équidés est semblable à la représentation émotive que nous avons en société, c’est-à-dire qu’en tant qu’individu unique nous avons tous besoin des uns et des autres pour survivre, ce qui nous pousse à respecter et communiquer adéquatement nos besoins et nos sentiments aux autres. Le cheval devient alors un bon enseignant au niveau des habiletés sociales de par les règles hiérarchiques équines. Observer le cheval dans ses interactions avec ses semblables permet donc aux individus de relater leurs propres expériences dont ils ont été témoin avec les chevaux (McCormack & McCormack, 1997).  

 


 

Références scientifiques :

  • Aubrey H. Fine. (2000). Handbook on Animal-Assisted Therapy: Theoretical Foundations and Guidelines for Practice.
  • Bowers, M.J. & MacDonald, P.M. (2001). The effectiveness of equine-facilitated psychotherapy with at-risk adolescents: A pilot study. Journal of Psychology and Behavioral Sciences, 15, 62-76.)
  • Equine Facilitated Mental Health Association (EFMHA). (2003). What is equine facilitated psychotherapy (EFP)? Available at http://www.narha.org/sec-efmha/default.asp.
  • Esbjörn, R. J. (2006). When horses heal : a qualitative inquiry into equine facilited psychotherapy. California, United States : Institute of Transpersonal Psychology, Doctor of Philosophy in Transpersonal Psychology.
  • www.chevalmag.com, cheval magazine septembre 2013 n*502

 

Étude scientifique